Sgt. Mark Gallagher

Publié le par Flopeanut

J'ai rencontré le Sergeant Mark Gallagher en juin 2008 lors de ma visite à Halifax.
Un clic ici pour une séance de rattrapage.
Je vous avais parlé alors de cette rencontre exceptionnelle avec quelqu'un qui offrait sans rien attendre. Un être bienveillant. Quelqu'un avec qui tout est simple, tout est facile.

Je ne vous ai jamais raconté que nous avons continué à correspondre. Je ne vous ai jamais raconté sa visite avec sa femme, Lisa, en juin dernier.

Lisa et Mark ont passé une semaine à la maison. Nous avons assisté ensemble aux cérémonies officielles Canadiennes du 65ème anniversaire du Débarquement. Pour moi c'était professionnel, pour eux, c'était émotionnel (pour moi aussi cela dit). Nous avons appris à mieux nous connaître. Nous avons passé de longues soirées à boire du vin et à goûter des dizaines de sortes de fromages, la dernière fut d'ailleurs particulièrement arrosée. Il nous fallait oublier le chagrin des adieux qui approchaient! Ils sont partis dans la nuit, dans les larmes. On s'est promis de nouvelles rencontres, plus longues. Une semaine ce n'était pas assez.

En Juillet, Mark partait pour Haïti. Ce projet lui tenait à coeur. Il s'éloignait pour 9 mois du confort Canadien pour une mission de l'ONU, la MINUSTAH. Son boulot : coacher des policier haïtiens pour les aider à venir en aide à la population, à s'organiser, à lutter contre la corruption.

Pour Noël, il est rentré dans le Nouveau-Brunswick. 3 semaines avec les siens. Il a eu de la peine à repartir. C'était dur Haïti. Il s'est envolé le 12 au matin, comme prévu. Il a attéri, a téléphoné à Lisa pour lui dire sa fatigue du voyage et qu'il allait se reposer. 1/2h plus tard tout s'éffrondrait.

Le 13, très tôt, plus tôt que d'habitude, j'ai été réveillée par les infos. On parlait d'un séisme en Haïti. J'ai pensé à Mark. Je me suis dit qu'il avait peut être eu autant de mal à avoir ses correspondances pour le retour qu'à l'aller. Je me suis dit qu'il allait bien. Je suis allée à mon rendez-vous, très tôt, dans la neige.

Vers 10h30 j'étais au bureau. Doucement j'ai commencé à réaliser. J'ai envoyé un SMS à Mark, puis un e-mail, lui souhaitant d'être sain et sauf, le priant de prendre soin de lui. Je lui ai dit que j'étais consciente que la priorité n'était pas de m'envoyer une réponse alors j'ai commencé à attendre. Je ne pouvais pas joindre Lisa. Un problème de messagerie, une adresse e-mail effacée... J'ai contacté la GRC (Gendarmerie Royale Canadienne) dont Mark faisait partie. Puis, je me suis branchée sur la RDI qui diffusait les infos en direct.

Dans la soirée nous avons appris que 2 policiers de la GRC déployés en Haïti étaient portés disparus. Sur 82, 2 manquaient à l'appel. Mark en faisait partie.

Une autre attente, encore plus angoissante a commencé. C'est à minuit et demie la nuit dernière que j'ai appris que Mark avait été retrouvé mort dans les décombres de son appartement.

Deuxième séisme.

Je profite alors de mon blog pour lui rendre hommage.

Mark, sera regretté. Sans doute plus que beaucoup d'entre nous. Mark était quelqu'un de bien. Pas juste sympa, cool ou agréable. Mark était ce genre de personne qui vous transforme pour toujours.

Alors oui, je suis effondrée. Mais je ne garderai que les bons moments. De toutes façons, il n'y en a pas eu de mauvais. Aucun. Si. Un lorsque nous avons cru qu'ils devraient écourter leur séjour en Normandie parce Caen était (sois-disant) complètement bloquée à cause de la venue d'Obama et Sarkozy. Il n'auraient pas leur train, donc pas leur avion et on leur demandait une fortune pour modifier leurs billets. Mais on a trouvé une solution. Ils sont restés, on a fait sa fête au fromage.

Mark était quelqu'un qui souriait. Tout le temps.
Mark observait, écoutait, contemplait, profitait, savourait chaque instant, chaque bouffée, chaque bouchée, chaque gorgée.
Mark chantait quand un air lui plaisait. Qu'importe les circonstances.
Mark pleurait quand il était ému.
Mark avait une théorie très personnelle à propos du barbecue : si une saucisse est tombée dans la cendre depuis moins de 5 secondes, alors tu peux la manger.
Mark n'avait pas peur de la confiture avec le fromage.
Mark sentait des pieds.
Mark riait de voir que Yaël et Arthus avaient appelé leur ours en costume de sergent de la GRC : Monsieur Gallagher.
Mark était prévenant.
Mark aimait sa femme Lisa et ses enfants Heather et Shane.
Mark était acadien de sa maman.
Mark parlait un français "po clean".
Mark m'écrivait en français, pour s'entraîner, et je lui répondait en anglais (du coup, quelque fois, par flemme, on mettait du temps à se répondre).
Mark aimait le café canadien, donc, la flotte.
Mark aimait les gens.
Mark aimait mes enfants.
Mark parlait de revenir en juin prochain, plus longtemps,
Mark m'avait dit que c'était "correct" de dire "reindeer balls" pour "coucougnettes de renne" alors qu'on échangeait sur nos petites recettes de Noël.
D'ailleurs Mark projetait qu'un jour on passerai Noël ensemble, en famille.


Mark
Nelly, Mark et moi. Mahone Bay,NS, juin 2008

http://www.rcmp-grc.gc.ca/ns/features-envedette/gallagher/index-fra.htm

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2010/RDI2/RDIEnDirect201001150932_3.asx&epr=true

Commenter cet article

Val. 18/01/2010 09:06


J'ai vu ton inquiétude sur Facebook le jour du drame, et je vois maintenant que le pire est arrivé... Terrible.


Satsuki 17/01/2010 22:26



Ah, je ne sais pas quoi dire, c'est tellement injuste ! Je t'envoie des pensées ainsi qu'à la famille de Mark (que je ne connais pas mais bon… avec tout ce que tu as écrit sur lui, j'ai un peu
l'impression quand même). 



patty 17/01/2010 10:33


que dire de plus...nous pensons à toi, à vous, à eux... take care.


cathfils 16/01/2010 22:21


les mots me manquent . Cette histoire parait incroyable ....alors bien sûr aucun mot pour soulager votre peine sinon ma pensée qui vous accompagne.
Je vous embrasse.


Angel 16/01/2010 18:04


Arf, c'est terrible. L'année 2010 commence bien mal...